« Un community manager, les réseaux sociaux…?

Non merci, on a déjà un site internet! « 

 

Si le métier de community manager existe depuis le début des années 2000, beaucoup aujourd’hui encore ne comprennent pas quel est son utilité, ce qu’il peut apporter.

Son rôle n’est pas toujours bien compris ou est mal considéré. Il est souvent réduit à celui qui « s’amuse à poster des photos sur les réseaux sociaux« .

Pourquoi travailler avec un professionnel pour la gestion professionnelle de vos réseaux sociaux? Je vous donne ici 5 bonnes raisons de faire appel à un community manager pour votre communication digitale.

 

  1. La gestion des réseaux sociaux: une tâche complexe et sous-estimée

 

A quelques exceptions près, tout le monde possède un ou plusieurs comptes sur des plate-formes sociales: Facebook, Instagram, Linkedin pour ne citer qu’eux.

Pour les entreprises, il ne s’agit pas seulement de poster quelques clichés, de publier de temps à autre.

Le community manager n’est pas un utilisateur lambda occasionnel des réseaux sociaux. Il est formé au webmarketing et à la gestion des social medias. Ses actions sont guidées pour atteindre des objectifs prédéfinis et encadrées pour respecter une cohérence éditoriale.

Par où commencer? Que publier? Sur quelle plate-forme? A quelle fréquence? Comment atteindre ma cible? Faire des visuels? Ecrire des articles? Une charte éditoriale? Mes actions sont-elles efficaces? Des campagnes sponsorisées? Comment répondre aux internautes?

 

  1. On court après le temps mais…

 

Il y a des entreprises qui prennent l’initiative des premières étapes, comme la création d’une page professionnelle par exemple. Au départ, l’employé à qui l’on confié cette nouvelle petite mission, en plus de son « premier travail », se prend au jeu et va animer la page durant ses heures creuses. Et ce qui arrive généralement, c’est qu’au fur et à mesure que le temps passe, l’intérêt pour ce qui n’est plus nouveau fini par s’altérer. Primo, ce n’est pas vraiment son job. Deuxio, il a beaucoup d’autres priorités à gérer. Dans cette histoire très classique des entreprises, le résultat de cette organisation du travail n’est pas celui attendu. La gestion des réseaux sociaux est très souvent sous estimée en terme de complexité et de temps.

La gestion des réseaux sociaux est une activité chronophage.

Est-il vraiment judicieux de confier sa communication digitale à un(e) salarié(e) dans l’entreprise qui – en plus de ne pas être une expert(e) en réseaux sociaux – a déjà une autre fonction?

Faire appel à un community manager, c’est avoir une personne formée au métier et complètement dédiée à une mission qui est loin d’être secondaire. C’est un gain en temps, en productivité, pour une meilleure performance de l’organisation globale du travail.

 

  1. Si je ne suis pas visible, est-ce que j’existe?

 

Avoir un site internet, c’est bien. Mais pour qu’il soit visité, il faut que la cible visée sache qu’il existe!

Travailler un community manager, c’est investir pour son entreprise. Ses actions visent le gain de visibilité, contribuent au travail de référencement du site dans les moteurs de recherche. Son objectif est de faire connaître l’entreprise pour développer sa présence sur le web, gagner de nouveaux clients,  renforcer son positionnement sur son marché.

 

  1. La relation client: mon avantage concurrentiel

 

En tant que client, on aime être reconnu et on apprécie le service personnalisé. Rien de plus décevant que les services automatisés, les réponses pré-enregistrées qui ne répondent pas aux attentes (toutes) spécifiques et uniques de chaque utilisateur.

Le community manager crée cette dimension H2H, « Human to Human« . Il est la voix de l’entreprise sur les plate-formes sociales, parle et répond en son nom. Il crée le rapprochement entre l’entreprise et sa communauté, véhicule ses messages, ses valeurs, aide à la construction ou à la préservation de son image, de sa e-réputation.

Une entreprise interpellée sur un réseaux social et qui ne répond pas? Vous pouvez être sûr que les avis et commentaires négatifs iront en s’accumulant: cela impacte forcément et négativement l’entreprise. Et on ne parle pas des risques de Bad Buzz…

 

  1. Veiller, surveiller

 

Faire le choix d’être présent sur le web, c’est également faire le choix d’être une « entité publique ». L’entreprise communique mais peut également être l’objet de conversation, de critique. Qui dit social, dit également viral.

L’anticipation est la posture la plus confortable. Pour cela, le community manager met en place un dispositif pour une veille régulière: que dit-on de l’entreprise? De ses produits? quelles sont les actualités du secteur? Que font les concurrents?

Un community manager est organisé et a les techniques et outils pour surveiller ce qui peut se dire sur une entreprise. S’il intervient assez tôt dans une conversation, il peut recadrer. Il fait remonté les informations. Dans les pires des cas, il est formé pour gérer les situations de crise.

 

Ces 5 raisons vous donnent une idée de ce qu’est le métier de community manager et du panel de missions qu’il peut assumer. Comme les réseaux sociaux pour le marketing, il est devenu un « incontournable » pour les entreprises qui souhaitent être/rester compétitives.